Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agil-Dogs

Instinct de chasse: les différentes pulsions

24 Mars 2010 , Rédigé par Claire Publié dans #Ca a du chien ! (divers sujets canins)

L'instinct de chasse et ses pulsions


Notre ami le chien, fauve social errant, est un prédateur chez qui l'instinct de chasse est fondamental.

L'instinct est l'ensemble des comportements innés (par opposition aux comportements acquis), présent sous différentes formes chez toutes les espèces animales.
La pulsion se définit comme étant  une action influencée par l'inconscient.
Ces deux termes, instinct et pulsion, sont proches, et représentent des réponses instinctives (innées et inconscientes) à des stimuli.

Un Coyote ne va pas se gratter la tête en se disant qu'il n'a pas mangé depuis trois jours et qu'il serait grand temps qu'il attrappe un lièvre.
La faim rend le Coyote nerveux, tous sens aiguisés, et un petit mouvement derrière un buisson va déclencher chez lui une série de réactions en chaîne, aboutissant à la capture et à la mise à mort du lièvre.

Chez un canidé sauvage (Coyote, Loup, Lycaon...) l'instinct de chasse est complet et comporte toute les phases:

- Quête;
- Arrêt;
- Coulé;
- Forçage;
- Conduite;
- Mise à mort ou hallali.

La sélection exercée par l'homme sur le chien domestique a eu pour effet d'atténuer ou d'accentuer certaines phases de l'instinct de chasse,  selon les races ou le type de chien, en fonction de leur utilisation.

Pour rappel, l'élevage sélectif consiste simplement à choisir quels parents vont se reproduire, en fonction de critères définis par l'homme. Cela est pratiqué depuis que les chiens existent, bien avant toute connaissance en génétique, nos ancêtres se contentant d'observer et tirer des conclusions.



La quête

C'est une pulsion qui incite le chien à chercher des odeurs intéressantes, à suivre l'odeur d'un gibier.
Certains chiens ont un flair plus développé que d'autres, mais par sélection, certains types de chiens utilisent moins leur odorat que d'autres. Cette pulsion peut être amplifiée par le dressage.
La pulsion de quête est bien évidemment utilisée par l'homme pour la chasse, mais aussi pour tout travail de recherche, explosifs, personnes ensevelis etc.

Exemples: Chez le Basset Artésien Normand ou le Cocker Spaniel, la pulsion de quête a été exacerbée par le travail de sélection, tandis que chez le Pékinois cette pulsion a été atténuée.


L'arrêt

Excité par une odeur intense, le chien cherche d'où provient l'odeur, et reste figé en position dite "d'arrêt", souvent avec un antérieur levé. Cet instant d'arrêt a une durée variable d'une race à l'autre. Le prolongement de la pulsion d'arrêt s'obtient par sélection.

Par exemple, le Pointer est l'archétype de la race chez laquelle cette pulsion a été accentuée, elle peut durer plusieurs secondes. D'autres races ont un arrêt d'une fraction de seconde, presqu'imperceptible, ou encore quasi inexistante, comme chez le Carlin.


Le coulé

En réponse instinctive au gibier immobile, le chien avance tel un félin, lentement en posture basse, et il s'arrête si le gibier bouge. Il s'avance le plus près possible du gibier.
Le coulé peut être englobé dans la phase d'arrêt, le chien se rapprochant en coulé du gibier avant de faire l'arrêt.

Certaines races de chiens de chasse, Broussailleurs, Chiens d'arrêt ou Chiens de grande quête peuvent démontrer un coulé; un dérivé de cette pulsion est utilisé par le border Collie pour contrôler le troupeau.


Le forçage

Lorsque le gibier s'enfuit, le chien le course, le poursuit.
En meute, les individus se déploient en triangle, se relayant afin d'épuiser la proie.
Typiquement, c'est l'instinct accentué par sélection, et utilisé par les Lévriers et les Chiens courants.

Au contraire, on tente par élevage sélectif d'une part, et par dressage d'autre part, d'inhiber cette pulsion chez les Chiens d'arrêt et les Broussailleurs qui ne doivent pas forcer ou poursuivre le gibier qu'ils ont levé.


La conduite

Le chien marche derrière le gibier et le dirige vers une direction déterminée en lui pinçant les jarrets.
Cette pulsion innée est exacerbée par sélection, et complétée par dressage pour les chiens de troupeaux.
Exemples typiques: Border Collie, Berger Australien, Beauceron.
Cetta phase est atténuée, ou a quasiment disparu chez d'autres races.


Mise à mort et Hallali

Un canidé seul brise la nuque ou la colonne vetébrale d'un petit gibier en le secouant.
C'est ainsi qu'un Bull-Terrier va tuer un rat par exemple.

En meute, plusieurs individus mordent sur le ventre la proie qui s'enfuit, l'animal éventré tombe en état de choc puis est achevé par morsures. Ceci est plutôt le fait de canidés sauvages, Lycaons et Loups par exemple.

En cas de gibier qui fait front, acculé, les chiens sur-excités, déployés en demi-cercle, vont attaquer de tous les côtés, jusqu'à déphaser la proie, et dès que sa défense faiblit, toute la meute se jette dessus en mordant jusqu'à la mort, c'est ce qu'on appelle l'hallali.
Exemple typique, la meute de Chiens de chasse à cour, ou de Teckels, devant un sanglier ou un Blaireau.

C'est aussi cette pulsion qui intervient chez un Chien protecteur de troupeaux face à un prédateur, ou chez les chiens de combat, et parfois envers l'homme.



lycaon10

 

Lycaons, chiens sauvages d'Afrique, ayant tué une proie.

 

 

 

EDIT:

Suite au commentaire de Houba, voir ici: Le rapport 

 

 



Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
<br /> très interessant cette article..mais le rapport du retriever en action de chasse???<br /> <br /> <br />
Répondre